Monsieur Christian Discher s’adresse à l’ONU pour obtenir des éclaircissements sur les violations des droits de l’homme dans les établissements psychiatriques allemands.

Mesdames et Messieurs, 

Bien que notre chancelière Angela Merkel soit née dans un presbytère protestant, l’interdiction divine de tuer ne lui est apparemment pas applicable. Autrement, la demande d’information de Christian Discher sur le lieu où se trouvent les patients d’Ueckermünde n’aurait pas pu être rejetée. De plus, un homme ignorant comme Emil Kraepelin ne devrait pas être honoré par une plaque commémorative comme ce fut le cas à Neustrelitz. 

Je vous prie de croire, à l’expression de ma haute considération,

Dorothea Buck 

Hambourg, le 16 janvier 2019 

Grâce au soutien de Dorothea Buck[1], agée de103 ans, titulaire depuis 2008 de la Grand-Croix du Mérite de l’Ordre du Mérite de la République fédérale d’Allemagne et présidente d’honneur de l’Association fédérale des personnes expérimentées en psychiatrie qui a survécu à la psychiatrie nazie et à la stérilisation forcée, je trouve après des années d’efforts d’explications infructueuses la force pour vous contacter avec cette demande. Je vois maintenant la dernière occasion de mettre fin à l’injustice commise contre moi et contre mes camarades patients dans les centres psychiatriques de Neubrandenburg et d’Ueckermünde et ainsi dans leurs institutions pour personnes handicapées de l’État de Mecklembourg-Poméranie occidentale. Leurs voix se sont tues et on ignore où ils se trouvent.

Ma demande concerne l’éclaircissement de la localisation des personnes montrées dans le reportage télévisé «  L’enfer d’Ueckermünde » d’Ernst Klee, en 1993 ainsi que les violations des droits de l’homme commises dans les services psychiatriques de Neubrandenburg et d’Ueckermünde, au moins pendant mon propre séjour, en 1997, qui se poursuivent encore à ce jour grâce à la collaboration par le personnel toujours actif des institutions. La question de savoir si ces personnes sont mortes directement à la suite des mauvais traitements et des thérapies qui leur ont été infligées ou à la suite de leurs conséquences reste sans réponse.

En raison des mauvais traitements que j’ai subis à la clinique de psychiatrie et de psychothérapie de Neubrandenburg sous la direction du médecin-chef de l’époque, le Dr Rainer Gold, et à la clinique de psychiatrie et de psychothérapie d’Ueckermünde sous la supervision du psychiatre Wolfgang Kliewe, je ne pouvais engager de poursuites judiciaires, car j’étais encore mineur et les graves blessures psychologiques et physiques qui ont été les miennes à l’époque ont rendu incapable de prendre des mesures nécessaires. De plus, j’ai été classé comme moins intelligent pendant et surtout après mon congédiement, ce qui témoigne également de mon incapacité à entreprendre mes propres démarches juridiques de l’externe. Mes tuteurs légaux étaient impuissants face à un système puissant, et j’étais perdu dans l’enfer d’Ueckermünde.  

Déjà le jour de mon hébergement en psychiatrie à Neubrandenburg, le personnel médical m’a enfermé après la révélation de mon homosexualité, m’a attaché et m’a immédiatement donné des sédatifs psychotropes puissants comme mineur en juin 1997, sans consulter mon tuteur légal, qui ont entraîné l’échec total de nombreuses fonctions corporelles et m’a fait perdre ma capacité de parler dans la psychiatrie Ueckermünde pendant 1 an et demi. Je ne pouvais pas faire valoir mes droits dans la procédure d’accommodement, parce que ni le tuteur de la procédure, l’avocat Kuplin d’Ueckermünde, ni la juge, qui voulait m’entendre à Ueckermünde, n’ont eu une conversation personnelle avec moi lorsque je pouvais encore parler. Elle a rencontré entre-temps un patient mineur incapable pour une procédure de consultation et qui avait été logé dans le bâtiment en briques rouges de la maison 12 avec des délinquants souffrant de troubles mentaux, entre autres. 

La psychiatrie à Ueckermünde était déjà connue en 1993 grâce au rapport d’Ernst Klee « L’enfer d’Ueckermünde – La psychiatrie à l’Est », dans laquelle il découvrait de graves abus. Les autorités responsables et l’étude publiée par la psychiatre Sonja Süß, anciennement de la RDA et commandée pour l’enquête, avaient déclaré, à la suite de ce reportage, que les circonstances présentées dans le reportage[2]ne pouvaient être reprochées aux personnes travaillant dans l’institution et qu’elles ne faisaient référence qu’au service des personnes handicapées mentales[3]. Ce qui a permis en mesure d’apaisements publiés, que l’injustice après 1993 continue dans des services qui ne sont pas ouverts au public.[4]

Je suis témoin de ces conditions qui, quatre ans après la diffusion du documentaire, en 1997, se sont poursuivies sans encombre sous un autre aspect dans la maison 12 de l’hôpital psychiatrique d’Ueckermünde, que j’ai enregistré dans mon journal «  Die Stimmen der Übriggebliebenen» et étayé par les témoignages et documents joints. Pendant mon séjour à l’hôpital psychiatrique d’Ueckermünde, j’ai rencontré de nombreuses personnes qui ont été physiquement, mentalement et psychologiquement détruites et qui étaient déjà incapables de se défendre contre les souffrances qu’elles ont endurées pendant leur séjour et après leur libération, non seulement à cause des mauvais traitements qui y ont été subis, mais aussi à cause d’un système de soins paternaliste toujours en place en Mecklembourg-Poméranie[5]occidentale, qui est soutenu par les décideurs politiques. 

Ce n’est que grâce au fait que j’ai réussi à reprendre vie et que j’ai appris à faire face aux conséquences de la violence perpétrée contre moi que je peux aujourd’hui rendre compte des conditions et du comportement du personnel médical et infirmier de l’époque, que j’ai décrits dans mon journal. Les personnes du rapport d’Ernst Klee et celles qui m’ont rencontré pendant mon séjour et après ma libération ne sont pas en mesure d’affirmer leurs propres intérêts ou de faire un effort pour s’affirmer à l’extérieur.

C’est pourquoi je dépose également en leur nom une demande de création d’une commission d’enquête internationale ou de mesures comparables visant à élucider les violations des droits de l’homme commises à Neubrandenburg et Ueckermünde. Quand le ministre de la Santé, Harry Glawe, et le président de la commission des pétitions, Manfred Dachner, en consultation avec Matthias Crone[6], médiateur pour les personnes handicapées[7], recommandent dans leurs réponses, sans même avoir répondu à mes questions[8]sur le sort des personnes montrées dans l’enfer d’Ueckermünde et des autres patients, que je contacte les autorités compétentes, telles que le maire ou l’Agence nationale pour la prévention de la torture, je l’ai fait en vain au-delà des frontières Mecklembourg-Poméranie-Occidentale depuis 2015. Par exemple, Gerd Walther, l’ancien maire d’Ueckermünde, que j’ai informé, n’a jamais réagi aux demandes de renseignements. Il aurait pu aussi donner des informations sur les conditions actuelles dans la psychiatrie d’Ueckermünde après y avoir été hébergé lui-même dans la psychiatrie fermée pendant l’été 2018.[9]  

Les commissaires pour les personnes handicapées et les autorités allemandes responsables de méconduite médicale et de l’inclusion, telles que les associations médicales, les associations de victimes et divers commissaires du gouvernement du Land de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, mais aussi d’autres ministères du Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, n’ont pas répondu à ma pétition et mes communications. Les institutions locales compétentes de Neubrandenburg et d’Ueckermünde n’ont répondu à aucune de mes lettres à l’époque jusqu’ aujourd’hui en raison de mes difficultés personnelles.Comme le montre le rejet de la demande par le Parlement du Land de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, qui aurait eu le droit de créer une commission d’enquête, nous ne pouvions pas et ne pourrons pas nous adresser à qui que ce soit pour obtenir des précisions. Lorsque le ministre de la Santé, Harry Glawe, déclare dans une lettre datée du 5 juillet 2017 que toutes les procédures énumérées dans ma pétition sont justiciables, que la psychiatrie en Allemagne et dans le Mecklembourg-Poméranie-Occidentale au nom de cette dernière ne se caractérise nullement par un abus de pouvoir, un traitement inhumain ou un traitement psychiatrique forcé, et le président de la commission des pétitions, Manfred Dachner[10], déclare dans une lettre datée du 28 juin 2018 que rien n’indique qu’une commission d’enquête, comme je l’avais demandé, pourrait être constituée, je demande, sur la base de la documentation et des preuves présentées, qu’ une commission d’enquête internationale soit convoquée ou que des mesures comparables soient prises pour clarifier les violations des droits humains dans les services psychiatriques de Neubrandenburg et Ueckermünde.

Demandes à une commission d’enquête composée de personnalités honorables, de citoyens concernés, sans contrôle des responsables politiques du Land de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale:

Les vingt années d’activité de l’infirmier psychiatrique de la clinique universitaire Ernst Moritz Arndt de Greifswald, l’actuel ministre de l’Économie, du Travail et de la Santé, Harry Glawe, devaient faire l’objet d’un examen approfondi afin de mettre en lumière les relations entre les intérêts des différents acteurs.[11]En particulier, il faudrait déterminer avec lequel des médecins, décrits à l’annexe 3b Harry Glawe ont coopéré.

Matthias Crone, le médiateur du Land de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, actif depuis 2012, a-t-il même fait suite à ma pétition contre le traitement forcé et la torture?

Quand des victimes comme Lothar Tiedtke von Koss, moi-même, Christian Discher et mes compagnons, après ce que nous avons souffert dans nos efforts d’éclaircissements, se heurtent aux murs des autorités compétentes du Mecklembourg-Poméranie-Occidentale et de toute l’Allemagne à la suite de ces événements, les questions se posent, pourquoi empêche-t-on de mettre en évidence l’injustice qui nous est faite et les personnes présentées dans le rapport « L’enfer d’Ueckermünde », tandis que le personnel médicale actif peut ou pourrait-il continuer sa carrière professionnelle sans répit ?  

Combien de personnes figurant dans le rapport ont survécu à ce jour ?

Quels dommages corporels concrets, qui n’ont pas été montrés dans le reportage, les personnes affectées ont-elles dû subir et quelles conséquences ont-elles eu sur leur vie ?

Combien de personnes figurant dans le reportage sont mortes des conséquences de leurs mauvais traitements, qui peuvent être retrouvées dans l’index des images et dans la vidéo, sans que l’État n’ait ouvert une enquête ?

Quel personnel médical et combien de médecins qui ont participé aux crimes dans l’enfer d’Ueckermünde ont continué leur carrière après l’apparition de « L’enfer de Ueckermünde » sans avoir été jugés pour leurs actes?

Dans quels endroits le personnel montré dans la vidéo a-t-il poursuivi ses activités, et y a-t-il eu ou y a-t-il des anomalies dans le traitement des patients dans ces cliniques ?

Quels efforts d’éclaircissements le Dr Rainer Gollert, médecin à l’Université de Greifswald, alors responsable de la psychiatrie à Ueckermünde, qui a rejoint la politique avec Harry Glawe après les changements politiques et qui était ministre du Travail, de la Santé et des Affaires sociales en 1993, a-t-il réellement entrepris ? 

Alors que le reportage « L’enfer d’Ueckermünde – La psychiatrie à l’est » est encore montré dans toute l’Allemagne comme un exemple d’avertissement dans la formation des infirmières et peut-être vu et commenté par tous sur YouTube, je demande quels sont les noms des personnes traitées dans la psychiatrie d’ Ueckermünde[12]à l’époque de l’événement pour pouvoir faire financer par des organismes publics une plaque commémorative à leur intention.. 

Pourquoi Dr Rainer Gollert après avoir pris connaissance de l’histoire de mon journal « Die Stimmen der Übriggebliebenen»[13]et de mes efforts d’informations en mars 2015, huit mois plus tard seulement, le 17 novembre 2015, à l’occasion de la cérémonie « Les 25 ans duMecklembourg-Poméranie-Occidentale » devant tous les responsables politiques,ne s’est-il pas distancié des conditions dans l’enfer d’Ueckermünde, mais seulement du rapport public ?[14]

Quel était le passé politique de la commission d’enquête créée pour enquêter sur l’enfer d’Ueckermünde et quelles étaient ses relations personnelles avec les responsables politiques tels qu’Harry Glawe et Rainer Gollert ? [15]

Comment se fait-il que M., une ancienne infirmière d’Ueckermünde qui pourrait donner des informations détaillées sur les injustices à Ueckermünde, travaille maintenant comme assistante sociale à titre de conseillère au service psychiatrique social de Neubrandenburg ? 

Le suicide de la protagoniste Simone, une patiente à plusieurs reprises à Ueckermünde, était-il en réalité un suicide ou les enquêteurs n’y ont-ils pas prêté attention parce que Simone Stark était considérée par toutes les autorités responsables à Neubrandenburg et Ueckermünde comme “malade mental” ? Y a-t-il même eu une autopsie qui confirme que Simone a tiré le sac sur sa tête toute seule et que cela n’a pas été causé par une tierce personne qui a peut-être eu accès à son appartement après lui avoir fait prendre un médicament pour la calmer à cause de tensions internes ? 

Quelles fonctions politiques le personnel infirmier désigné, les assistants sociaux et les médecins impliqués ont-ils exercées en RDA et quelles en ont été les conséquences pour les institutions responsables de la psychiatrie à ce jour ?

Lorsque ma compagne Birgit rapporte dans le clip d’interview ci-joint que ce film a été projeté dans d’autres services psychiatriques au moment de la publication du reportage « L’enfer d’Ueckermünde », la question se pose qui était au courant des violations des droits des hommes et pourquoi rien n’a été fait à ce sujet. 

Lorsqu’en 1997, à l’âge de 17 ans, sans défense et impuissant, un jeune homme incapable de parler, le médecin assistant, André Gille, qui était jusqu’à récemment médecin-chef en neurologie et psychiatrie à Pasewalk, m’a enfoncé une canule spinale dans le dos sans mon consentement et celui de mes tuteurs après quelques jours à peine. Je me demande combien de ponctions lombaires ont été pratiquées sur des personnes atteintes de troubles du développement mental entre 1990 et 2000, auxquelles j’ai officiellement appartenu sur le plan médical depuis mon arrivée à Ueckermünde.

Comment les processus de coopération entre les médecins et les institutions de Neubrandenburg et d’Ueckermünde ont-ils été organisés ?

Mes efforts d’information, devraient-ils être rendus plus difficiles parce que l’actuel médecin-chef de la clinique d’ Ueckermünde, Thomas Severin, est une bonne vieille connaissance et ancien employé du Dr Rainer Gold et du Dr Karin Gold, qui a travaillé pendant des années à la clinique de psychiatrie et de psychothérapie de Neubrandenburg ?

Après la publication du rapport sur les essais de médicaments dans le “Spiegel” en 1991,[16]dont les effets sur les victimes n’ont pas encore été élucidés,[17]quels responsables des associations médicales de Berlin et du Mecklembourg-Poméranie-Occidentale savaient que Dr Rainer Gold était participant et que lui, ainsi qu’avec son épouse, la psychiatre Karin Gold, étaient admis dans la chambre médicale ? 

Combien de personnes sont mortes sous traitement à la clinique Wilhelm Griesinger de Marzahn avec l’aide du directeur des études Dr Rainer Gold ? 

Quelle fonction a la psychiatre et l’épouse de Dr Gold aux côtés de son mari pendant ces tests de médicaments ?

Pourquoi n’avons-nous reçu aucun soutien et aucune réponse lorsque nous avons signalé le traitement inhumain des personnes ayant besoin de protection au service psychiatrique social de Neubrandenburg ? Par exemple, Angelika Beier, qui nous a tyrannisés en collaboration avec la profession médicale?

Lorsque le ministre de la Santé, Harry Glawe, indique dans une lettre du 5 juillet 2017 que le personnel de l’hôpital est chargé de pourvoir les postes de direction, il se pose la question de savoir quelle relation la direction de de la clinique de Neubrandenburg entretenait-elle avec le Dr Rainer Gold et son épouse à ce moment-là ? 

Combien de personnes inadaptées ont été enfermé dans ces institutions à huis clos avec le soutien des médecins susmentionnés jusqu’à ce jour?

Combien de décès sous traitement psychiatrique sont survenus dans les hôpitaux psychiatriques de Neubrandenburg et Ueckermünde depuis 1990 ?

Un examen de la participation et de la complicité de tous les médecins et infirmiers énumérés dans l’annexe ci-jointe qui sont liés aux hôpitaux psychiatriques de Neubrandenburg et d’Ueckermünde est nécessaire pour clarifier tous les cas individuels. 

La publication de données statistiques complètes sur les traitements psychiatriques coercitifs, les meurtres et les décès dans ces établissements entre 1990 et 2019 doit être effectuée. Une enquête menée conjointement avec ces cliniques doit être mis à la disposition du public avec la publication d’un rapport final complet.

Comment se fait-il que le code de déontologie médicale permette une inconduite aussi flagrante, que je documente sur 1000 pages de documents joints, sans que cela n’entraîne le retrait du droit au travail des personnes concernées ? 

Lorsque nous commémorons aujourd’hui chaque année les victimes des meurtres de l’action T4 et que nous déclarons que tout doit être fait pour que les crimes contre l’humanité ne se reproduisent pas, je considère comme le moins que les événements des années 1990 et l’implication du personnel médical font toujours l’objet d’enquêtes dans les hôpitaux psychiatriques de Neubrandenburg et Ueckermünde. 


[1][1]http://www.bpe-online.de/english/dorotheabuck.htm und http://ki-art-multimedia.de/dresden/doro-english.htm  

[2]Sonja Süß: 1999. Politisch mißbraucht? Psychiatrie und Staatssicherheit in der DDR (Politically abu-sed? Psychiatry and State Security in the GDR). Ch. Links Verlag, Berlin. 2nd edition (Scholarly Se-ries of the Federal Commissioner for the Records of the State Security Service of the Former German Democratic Republic; 14). page 69-80

[3] Cf. Ebenda, 78

[4]„Les soins aux malades mentaux, qu’il [Klee: Note auteur Discher] n’a pas mentionnés, étaient relativement bons”, explique Süß en 1998. Voire ibid. 78, sans le préciser concrètement. Avant la chute du Mur de Berlin, on disait même qu’il existait un service ouvert de psychiatrie à Ueckermünde, où les patients étaient traités de manière constructive. Pour cela, j’ai reçu des lettres à la rédaction et des messages de diverses personnes qui, selon leurs propres déclarations, avaient été là pour un sevrage alcoolique ou pour le traitement d’une épisode dépressif.  Les actions et le comportement de la psychiatre Dabruns, qui était responsable de la psychiatrie ouverte et fermée à Ueckermünde, sont décrits par la protagoniste Birgit Zimmermann comme très brutaux, alors que le psychiatre Dabruns dans les récits écrits et dans les déclarations faites par Inge Stier a été décrit par comme particulièrement affectueuse.

[5]Discher, Christian 2015: Die Stimmen der Übriggebliebenen: https://www.amazon.de/Die-Stimmen-Übriggebliebenen-Christian-Discher/dp/3981425723/ref=tmm_pap_swatch_0?_encoding=UTF8&qid=&sr=

[6]„Conformément à l’article 36 de la Constitution nationale et à la loi M-V sur les pétitions et les médiateurs, le médiateur a pour mission de protéger les droits des citoyens vis-à-vis des organes du gouvernement national et de l’administration publique du pays, de les conseiller et de les soutenir sur les questions sociales et, en particulier, de défendre les intérêts des personnes handicapées. Il traite des préoccupations des citoyens (pétitions) et devrait œuvrer en faveur d’une solution rapide et consensuelle”. Disponible en ligne : https://www.buergerbeauftragter-mv.de/der-buergerbeauftragte/

[7]„Bürgerbeauftragter Matthias Crone ist Anwalt der Menschen“ Pressemeldung vom 15. Mai 2018 https://www.linksfraktionmv.de/nc/presse/pressemeldungen/detail/news/buergerbeauftragter-matthias-crone-ist-anwalt-der-menschen/

[8]Deutsche Version der Petition: Gegen Folter und Zwangsbehandlung in deutschen Psychiatrien mit 7170 Unterschriften: https://www.change.org/p/landesregierung-gegen-folter-und-zwangsbehandlungen-in-deutschen-psychiatrien

[9]Schönebeck, Carsten : Maire congédié de la psychiatrie: 26 août 2018 : https://www.nordkurier.de/ueckermuende/buergermeister-aus-der-psychiatrie-entlassen-2632967808.html

“Le maire d’Ueckermünde, Gerd Walther, a passé trois nuits dans une clinique psychiatrique. Maintenant, il a été libéré. Gerd Walther, maire suspendu d’Ueckermünde, a été libéré dimanche du service psychiatrique de la clinique locale. Dans une lettre adressée au Nordkurier, Walther porte de lourdes accusations contre les forces de police en rapport avec son arrestation et son hospitalisation forcée la semaine dernière. Les voisins avaient appelé l’urgence jeudi matin, en autre parce que Walther aurait rugi pendant des heures sur sa propriété dans la communauté de Vogelsang-Warsin. La médecin urgentiste a ordonné l’hospitalisation forcée sur place. Walther a résisté et a finalement été maîtrisé par la police.”

[10]  CV : Au temps de la RDA Manfred Dachner était chef de la VPKA Anklam, après la chute du Mur de Berlin chef de la police Neubrandenburg : président de la commission des pétitions du parlement du Land de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, commission des pétitions politique intérieure et européenne :

Source : https://www.spd-fraktion-mv.de/abgeordnete/a-z/manfred-dachner

Manfred Dachner est également inscrit comme citoyen d’honneur de la ville de Neubrandenburg : 

https://de.wikipedia.org/wiki/Liste_von_Persönlichkeiten_der_Stadt_Neubrandenburg

[11]CV: Harry Glawe: (Krankenpfleger 1970-1990) Ab 1978: Stationspfleger an der Ernst-Moritz-Arndt-Universität Greifswald, Klinik für Neurologie und Psychiatrie

Quelle: https://www.landtag-mv.de/landtag/abgeordnete/glawe-harry.html

[12]https://www.youtube.com/watch?v=7XOCdgZyQPg&t=480s

[13]Lors de la foire du livre de Leipzig en mars 2015, un soignant d’Ueckermünde venue spécialement d’Ueckermünde m’a expliqué que le personnel local avait lu mon journal, qu’elle avait été bouleversée et que personne n’avait entendu parler de ces événements, car ils travaillaient dans d’autres stations. Le soignant était très tendu et ne m’a plus contacté.

[14]“La chose la plus négative que j’ai vécue pendant en tant que membre du gouvernement allemand et en tant que membre du parlement a été le rapport de 1992 de la ZDF sur « L’enfer à Ueckermünde ». Certains d’entre vous s’en souviendront peut-être – c’était déprimant de voir qu’il y avait là, là où nous avions déjà beaucoup fait, une équipe de télévision dans l’institution filmer et montrer des choses qui étaient vraiment mauvaises. Mais, comme je l’ai dit, c’était une époque où on se rattrapait et où on ne pouvait pas tout faire d’un coup.”  “The most negative thing I experienced during my time in government and parliament was the ZDF documentary about the “Hell in Ueckermünde”. Maybe some people know this already – it was depressing that in this place, where we had already done so much work, some TV team went into the institution and shot scenes which showed some very bad things. However, as I’ve said, this was at a time when we were catching up and couldn’t accomplish everything at once.”

https://www.landtag-mv.de/fileadmin/media/Dokumente/Druckerzeugnisse/Festveranstaltung_25Jahre_Landtag.pdf

 CV: Dr. Rainer Gollert:  https://de.wikipedia.org/wiki/Klaus_Gollert

[15]CV: Dr. Rainer Gollert:  https://de.wikipedia.org/wiki/Klaus_Gollert

[16]http://www.spiegel.de/spiegel/print/d-13487494.html(Übersetzung eines Teil des Beitrags:  auch abrufbar unter: German politicians block investigating and explaining The Hell in Ueckermünde: https://inklusionspolitik.de/en/german-politicians-block-investigating-and-explaining-the-hell-in-ueckermuende

[17]In der 2016 von Hess, Volker; Hottenrott Laura/ Steinkamp, Peter veröffentlichten Studie „Testen im Osten“ DDR-Arzneimittelstudien im Auftrag westlicher Pharmaunternehmen“ erfolgte ausdrücklich keine Klärung der Opferzahlen (Nachweis: Gutachten Wien)

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.